l’essentiel D’après une enquête comparative sur la vacance commerciale entre 2012 et 2022, le centre de Saint-Gaudens serait le plus sinistré de France. Décryptage.

Le centre-ville de Saint-Gaudens est-il attractif pour les commerçants ? Une étude remet sérieusement en question ce postulat. En effet, 30,2 % des locaux commerciaux – un sur trois dans le cœur de ville – seraient inoccupés.

Cette concentration de locaux vides est la plus élevée parmi les villes moyennes de l’Hexagone, avec la plus forte progression depuis 2012. En 2022, près d’un tiers des locaux disponibles en cœur de ville est dépourvu d’activité à Saint-Gaudens, bien devant Forbach (Moselle), comptant 25,8 % de locaux commerciaux déserts, et Auxerre (Yonne) avec 19,9 % de vacance commerciale.

Dans la capitale du Comminges, c’est la rue Victor-Hugo qui cristallise ce cœur de ville sinistré. Rue commerçante par excellence par le passé, l’axe semble en déshérence depuis ces vingt dernières années. La preuve en est que « de nombreux locaux commerciaux ont été reconvertis en logements dans cette rue », selon l’adjoint au commerce à la mairie, Jean-François Agnès. Sur ces mauvais chiffres, la mairie donne la faute à trois facteurs, locaux et nationaux.

La ZAC des Landes, une bombe à retardement ?

Inaugurée en 2015, la grande zone d’activités commerciales des Landes à Estancarbon, tout près de la sortie d’autoroute a fait de l’ombre au commerce saint-gaudinois. À la mairie, ça ne fait nul doute. L’implantation de « galeries marchandes » aurait fait fuir certaines enseignes autrefois placées en cœur de ville.

Ce projet d’ampleur à Estancarbon était initialement destiné à « freiner l’évasion de la clientèle vers les centres commerciaux de Tarbes et de Toulouse ». Aurait-il eu un effet secondaire sur l’état des commerces à Saint-Gaudens ? Prudemment, la mairie avance cet argument. Cependant, la ZAC d’Estancarbon n’est pas la seule responsable.

Le boom du commerce en ligne

Le commerce en ligne, largement développé depuis dix ans, fragilise le modèle économique des boutiques commingeoises. D’après Jean-François Agnès, adjoint au maire chargé des commerces, « l’activité commerciale à Saint-Gaudens s’est orientée de l’habillement vers d’autres secteurs, comme les services ou la restauration ».

Des activités commerciales qui nécessitent d’autres types d’installations, parfois moins chères, différemment agencées ou plus petites notamment quand il s’agit des services à la personne.

Pour autant, la mairie se refuse à croire que le commerce physique est mort à Saint-Gaudens. Jean-François Agnès et ses équipes font en sorte d’attirer de nouveaux entrants dans le commerce local et, en combinant les fermetures avec les ouvertures de commerces, la balance serait « presque à l’équilibre ».

Des loyers coûteux ?

De plus, la cherté des loyers est parfois reprochée en ce qui concerne les locaux disponibles au centre-ville. Un simple clic sur des annonces immobilières sur internet permet de s’en persuader. Par endroits, les prix des locations de locaux à Saint-Gaudens avoisinent ceux pratiqués à Tarbes, et sont en moyenne 20 % plus chers qu’à Muret pour des surfaces équivalentes.
 

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.