Menthe délavée. Il ne faut pas s’arrêter à la couleur des murs du bureau du maire de Pierreville, joli petit village de 299 habitants dans la communauté de communes Moselle et Madon, traversé par… Le Madon. « Je l’ai pris comme on me l’a confié ! », sourit Thierry Weyer. « Tout a été refait ici mais en arrivant, ma priorité ce n’était pas mon bureau… » Située au rez-de-chaussée de la mairie, la pièce d’une vingtaine de mètres carrés mériterait sans doute un petit coup de pinceau. Pour s’inscrire dans les tons clairs du secrétariat, de la salle du conseil ou encore des archives.

Le bureau en forme de L – ou plutôt ce qu’on en distingue encore – a disparu sous les dossiers. « Ça peut paraître un peu encombré mais je m’y retrouve ! », observe Monsieur le maire. Aujourd’hui âgé de 58 ans, cet « amoureux de la ruralité », « passionné » de son village est un enfant du pays. Maire de Pierreville depuis 2020 – son premier mandat – il a été scolarisé en classe de CM1 et CM2 ici même, dans feue l’école du village qui autrefois abritait également la mairie.

Sur une armoire trône un ancien globe terrestre. Celui qui servait aux leçons de géographie du petit Thierry. « Je le trouve beau et c’est un souvenir de l’école. J’ai voulu le garder tout comme les anciennes cartes de France XXL en carton. » À l’extérieur, sur l’arrière, la cour ne résonne plus des cris d’enfants mais Thierry Weyer y a laissé boulonné au mur un vieux panneau de basket. « Il a été posé par mon père, ancien conseiller et adjoint à Pierreville… »

Le quinquagénaire fait partie de ceux pour qui l’avenir se construit aussi sans renier le passé. Pour le dynamisme et l’attractivité communale, un lotissement de sept nouvelles maisons vient de voir le jour, avec création d’une nouvelle voie. Il y a deux ans, un couper de ruban inaugurait un terrain multisports et dans les pochettes à rabats qui dansent sur le bureau, le projet d’une piste de pump track, avec bosses et virages relevés. L’installation devrait sortir de terre « avant l’ouverture des Jeux olympiques de Paris ». « Il faut offrir aux enfants de nos territoires des installations sportives de qualité sans qu’ils aient à faire 30 km », souligne ce fan de cyclisme.

Thierry Weyer en quelques dates

30 juillet 1965: naissance à Nancy

1987 : entrée à l’école de police à Troyes

2001 : premier mandat de conseiller municipal d’opposition

2007 – 2014 : mandats de 1er adjoint

2020 : élu maire – vice-président de la CCMM en charge des espaces naturels sensibles, de l’agriculture et de l’alimentation (marchés locaux)

1er septembre 2022: retraité de la CRS autoroutière de Champigneulles (grade de major exceptionnel)

Vélo et Vespa

Avec plus de 6 000 km par an, le maire-cycliste licencié au club de Neuves-Maisons s’est déjà offert une douzaine de fois l’ascension du mont Ventoux. Sans compter deux pré-étapes du Tour de France avalées avant le passage des coureurs. Il est d’ailleurs déjà inscrit pour celle du Tour 2024, entre Nice et le col de la Couillole. Soit 137 km bien en selle sur son « Pinarello ». Une formule 1 de marque italienne. Une Italie chère à son cœur comme en témoignent encore ces deux Vespa miniatures. « Un clin d’œil à l’Italie et aux racines familiales de mon épouse. J’ai une Vespa de 300 cm³ que j’apprécie pour son côté rétro et puis, comme le vélo, le deux-roues c’est une sensation de liberté. J’ai besoin de ces passions pour mon équilibre. »

Au rayon des projets, du sport encore et du vélo comme l’indique une affiche. Pas celle rapportée d’un congrès des maires et dédicacée par Marc Madiot, le manager de l’équipe Groupama-FDJ. Mieux ! Celle de « Pierreville 2024 ». « On a déposé un dossier pour l’organisation du championnat Grand Est de cyclisme. »

Du neuf dans les vieilles pierres

Du sport dans les cartons mais aussi de la pierre. De vieux moellons à rénover pour y bâtir le futur, aux côtés de deux distributeurs automatiques déjà opérationnels  : un à pain, l’autre à pizzas, « nos deux seuls commerces ! », plaisante le maire. Avec le rachat à Vicat de « la ferme Lambert pour 1 €, un bâtiment et un terrain de 2 400 m2 au centre du village » qui devrait accueillir une maison des assistantes maternelles ; des logements réservés au 3e  âge ; la salle des fêtes (avec 49 places, l’actuelle est trop exiguë) ; une maison de santé avec kiné et médecin généraliste ainsi que… La nouvelle mairie. « On a également acquis l’ancienne gare à la SNCF pour 20 000 €. Une réflexion est en cours sur son devenir ».

Autres « pavés » sur le bureau, un Code Civil – « cadeau de ma nièce à la fin de son master 2 en Droit » – mitraillé de post-it et un Code pénal de 2003, « date de l’obtention de mon examen d’officier de police judiciaire ». Médaille de la CRS dans son écrin, Monsieur le maire affiche une longue carrière dans la police, dont 30 ans au sein de la CRS autoroutière de Champigneulles. Entre 2020 et 2022, année de son départ en retraite, le Pierrevillois portait simultanément la casquette de maire et le képi de CRS.

L’ex major s’empare du sifflet chromé accroché au cadre du 60e anniversaire de l’Association départementale des maires. « C’est mon sifflet de circulation. Il faisait partie du paquetage à mon entrée à l’école de police, en 1987 ». Une respiration. Un souffle puissant. Un son strident. Circulez, y’a plus rien à dire !

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.