Chaque matin, Nicolas Turon rend hommage à son département avec un texte drôle, tendre et complice, en forme de déclaration d’amour à la Moselle. Il choisit un emblème appartenant à l’histoire ou à l’actualité et le traite de manière décalée.

Il avait la tête d’un personnage de Lindingre, et assez de poids dans l’histoire de Metz pour qu’on confonde ses traits avec ceux d’une gargouille de la Cathédrale Saint-Etienne.

Fils de minotier, minotier lui-même, Sarregueminois venu reprendre l’affaire familiale du moulin du Frauenberg, rebâti du côté de Woippy après sa destruction pendant la guerre, il a multiplié les mandats corporatistes dans les assemblées de commerçants afin de s’installer dans le paysage politique… Et voilà comment un petit mosellan de l’Est est devenu maire de Metz, puis chef du département, et de la région, et sénateur, et ministre, ton moulin, ton moulin, va trop vite. Il passera 37 ans place d’Armes, de 1971 à 2008, faisant basculer Metz dans le nouveau millénaire…

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.