Meurthe-et-Moselle : une enseignante agressée par le père d’une élève

L’auteur présumé de l’agression est toujours recherché par les autorités. Iryna / stock.adobe.com

L’homme de 32 ans, défavorablement connu de la justice, a frappé à plusieurs reprises une enseignante d’école primaire de Tomblaine, près de Nancy.

Une enseignante d’une école primaire de Tomblaine (Meurthe-et-Moselle), près de Nancy, a été frappée jeudi 9 novembre matin par le père d’une élève, un trentenaire «défavorablement connu de la justice» toujours recherché depuis l’agression, a-t-on appris auprès du parquet de Nancy.

Les faits se sont produits vers 8h30, devant plusieurs parents et enfants, a indiqué à l’AFP le procureur de la République, François Capin-Dulhoste, confirmant des informations du quotidien régional L’Est Républicain.

Frappée à plusieurs reprises

Un homme, qui s’est avéré être le père d’une élève de cette école, était en train de filmer des écoliers lorsqu’une enseignante l’a aperçu et lui a demandé d’arrêter, suscitant la colère de l’homme qui l’a alors tutoyée puis insultée. Il a ensuite tendu la main vers une enfant qui était en fait sa fille.

L’enseignante, qui l’ignorait, s’est alors interposée, provoquant un nouvel accès de colère chez cet homme qui l’a alors frappée à plusieurs reprises. L’enseignante a déposé plainte. L’homme, qui a ensuite disparu, était toujours recherché jeudi soir. «L’enquête se poursuit», a indiqué le procureur, ajoutant que «le mis en cause, âgé de 32 ans, est défavorablement connu de la justice».

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Moselle Le navire prend l’eau entre le SDEA et la communauté de communes du Pays de Bitche

Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.

Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

« Nouvelle vie » industrielle en Moselle, où le renouvelable remplace les houillères

La « plus grande » usine de panneaux solaires d’Europe ou encore la transformation d’une centrale à charbon en « écoplateforme »: le terreau industriel de la Moselle se renouvelle et veut devenir un territoire majeur d’accueil de la transition énergétique.

Ce département de l’Est de la France dispose d’une grande histoire industrielle, bâtie au XIXe siècle sur l’énergie non renouvelable et polluante. Il attire désormais les investisseurs porteurs de projets nettement plus verts, dont plusieurs font l’objet d’une « grande acceptabilité » de la population, selon le président du département, Patrick Weiten (UDI).

Parmi eux, un projet annoncé lors du sommet Choose France en mai: la « plus grande » usine de fabrication de panneaux photovoltaïques d’Europe, porté par HoloSolis, émanation du groupe européen InnoEnergy.

L’usine, d’une capacité de production de cinq gigawatts (10 millions de panneaux par an), représente un investissement de 709 millions d’euros et générera, à terme, 1.700 emplois.

Parmi 40 sites dans six pays européens, le choix de Sarreguemines-Hambach s’explique notamment par le « savoir-faire (industriel) unique » de la population, selon le président d’HoloSolis, Jan Jacob Boom-Wichers.

– Investissements historiques –

La concertation publique s’est clôturée « par des applaudissements », souligne Marc Zingraff, maire de Sarreguemines, lors d’une réunion de présentation du projet HoloSolis à Metz.

Selon M. Zingraff, qui représente également la Région Grand Est, « ce dossier incarne une priorité, quelque chose d’exemplaire », sur le plan de la souveraineté énergétique.

En 2022-2023, près de 1,8 milliard d’euros ont été investis en Moselle. Une somme « jamais atteinte depuis la guerre », reprend M. Weiten, et donnant une « nouvelle vie » à l’industrie mosellane.

L’industrie génère 54.000 emplois dans le département, soit 15%, contre 12% à l’échelle nationale.

Et les projets sont de plus en plus vertueux, expliquant une plus faible opposition de la population, même si celle-ci reste toutefois méfiante sur la gestion de l’eau. A l’instar de l’Association de défense contre la pollution de Sarreguemines et environs (ADPSE), qui déclare à l’AFP « globalement soutenir ce projet qui s’inscrit dans une logique vertueuse pour la transition énergétique », selon sa porte-parole, Isabelle Hoellinger.

« On a passé les moments où c’était la sidérurgie, les houillères, qui faisaient l’art de vivre industriel et ouvrier du territoire », tout comme celui « où c’était l’automobile », bien que ce dernier reste « préservé », abonde Patrick Weiten.

– Reconversions d’anciens sites –

Autre illustration directe de la nouvelle ère, celle de la transition écologique, à Saint-Avold, où GazelEnergie, le propriétaire de la centrale à charbon Emile Huchet – encore en service cet hiver en cas de tensions sur l’approvisionnement énergétique -, veut transformer le site en une « écoplateforme industrielle ».

Une chaudière biomasse, un stockage d’électricité sur batteries et une unité de production d’hydrogène renouvelable y seront implantés.

Fin octobre, GazelEnergie et l’entreprise de biochimie norvégienne Circa Group y ont signé un bail d’implantation d’une usine de production de solvants « verts et durables à l’échelle industrielle en utilisant les déchets issus de la biomasse forestière locale », selon Circa Group.

Et mardi a pris fin la concertation publique autour d’un projet d’usine de recyclage du plastique à Saint-Avold, baptisé « PARKES », visant à « apporter une solution de recyclage +à l’infini+ dans une démarche d’économie circulaire », selon un communiqué des porteurs du projet, dont fait partie une filiale de Suez.

Un investissement de 400 millions d’euros soutenu par le groupe local Moselle Est pour les Ecologistes, « favorable à ce projet, mais vraiment sur une logique de transition, parce que le recyclage n’est pas une fin en soi », selon des propos de Loïc Schwindling, co-secrétaire, à France 3 Lorraine fin octobre.

Ces projets en favorisent d’autres, créant « une locomotive » qui s’installe sur le territoire, selon le secrétaire général de la préfecture de la Moselle, Richard Smith.

Tous ces projets pourraient nécessiter la création de 5.000 à 6.000 emplois, directs et indirects, selon M. Weiten. Seul problème, avec notamment la concurrence du travail frontalier qui s’est développée vers le Luxembourg et l’Allemagne, « pour l’instant, on n’a pas le début du commencement de telle capacité à pouvoir recruter » cette quantité de main-d’oeuvre.

mlx/bdx/eb/jnd

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

En Lorraine, cette ville a décidé d’interdire la chasse les mercredis et les dimanches matin

Voir mon actu

À compter du 2 février 2024, la chasse sera interdite les mercredis toute la journée et les dimanches matin à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Gautier Berera, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de l’environnement et du bien-être animal, détaille à Lorraine Actu les motifs de cette mesure.

À lire aussi

« Depuis trois ans, la tension monte entre les chasseurs et les promeneurs »

Élu depuis trois ans, M. Berera affirme que la municipalité a été contactée à de (très) nombreuses reprises concernant le partage de la forêt. « Depuis trois ans, la tension monte. Des habitants nous ont dit avoir peur de se balader en forêt en raison des chasseurs, qu’ils étaient embêtés par le bruit des tirs… Il y a aussi eu des heurts. Des chasseurs ont été insultés et les pneus de leurs véhicules crevés. »

Avant que la situation ne s’envenime davantage, la Ville d’Audun-le-Tiche a fait le choix d’agir et de prendre la voie de l’apaisement. Ce qui passe, dans le cas présent, par l’interdiction de la chasse les mercredis et les dimanches matin.

C’est une mesure d’apaisement et de bon sens. On veut apaiser les forêts et tout ce petit monde. On veut permettre aux citoyens de se réapproprier les forêts et on veut éviter que les chasseurs soient embêtés. D’autant plus que les chasseurs qui chassent sur notre territoire mettent la sécurité en avant et essaient d’être cordiaux avec les gens lorsqu’ils le sont également.

Gautier BereraAdjoint au maire d’Audun-le-Tiche en charge de la transition écologique, de l’environnement et du bien-être animal

« Cette mesure permet aux animaux d’avoir un refuge temporaire »

Cette mesure a été rendue possible grâce au renouvellement des baux de chasse communaux. Mais aussi au dialogue. Promeneurs, sportifs et chasseurs ont été entendus afin d’aboutir à un compromis. 

Le but n’était pas d’imposer quelque chose, mais d’avoir un véritable dialogue. De plus, on a mis le bien-être animal en premier lieu dans notre mandat. En plus de mettre tout le monde d’accord, cette mesure permet aux animaux d’avoir un refuge temporaire lorsqu’il n’y a pas de chasse. Ils peuvent « souffler. »

Gautier BereraAdjoint au maire d’Audun-le-Tiche en charge de la transition écologique, de l’environnement et du bien-être animal

Adoptée à l’unanimité lors du conseil municipal, l’interdiction court jusqu’au mois de février 2033. Du moins, « si les futurs chasseurs et futurs potentiels élus sont d’accord avec ça », sourit M. Berera.

À lire aussi

Les chasseurs pas opposés à la mesure « tant que ça reste exceptionnel »

Contacté par Lorraine Actu, Pierre Lang, président de la fédération de chasse de Moselle et maire de Freyming-Merlebach, confirme que la mesure prise par la commune d’Audun-le-Tiche n’a pas suscité de remous du côté des chasseurs. Lui-même n’y est d’ailleurs pas opposé, « tant que cela reste exceptionnel. »

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cela va éviter les confrontations ou les rencontres trop importantes entre les promeneurs et les chasseurs. Une commune a parfaitement le droit de prendre ce genre de mesure. Toutefois, il n’est pas souhaitable que cela se multiplie. Premièrement, car la réalisation des plans de chasse de chevreuils deviendrait compliquée. La semaine, les chasseurs travaillent donc on n’a que le week-end pour réaliser les battues. De plus, les équipes de rabatteurs et de traqueurs ne sont pas nombreuses donc, si la chasse est interdite le dimanche, elles ne pourront pas être partout le samedi.

Pierre LangPrésident de la fédération de chasse de Moselle et maire de Freyming-Merlebach

« Enfin, on risquerait d’avoir des problèmes avec la prolifération des sangliers », termine Pierre Lang.

« Les écolos et les anti-chasse ont monté les conflits en épingle »

Concernant les conflits qui peuvent opposer les chasseurs et les promeneurs, M. Lang estime que « ce sont les écolos et les anti-chasse qui les ont montés en épingle ». « En réalité, il y a très peu de conflits. Quand on chasse, on est obligé de le signaler par des panneaux. La grande majorité des gens comprend et va se promener dans un autre coin. De temps en temps, on a des irréductibles qui disent qu’ils ont le droit d’entrer. Mais ils prennent des risques ».

À ce sujet, le président de la fédération de chasse de Moselle a contacté le préfet de la Moselle. Il aimerait en effet que les panneaux indiquant une chasse en cours aient « une valeur d’interdiction d’entrer » afin d’assurer la sécurité de tous.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Quand Jean-Jacques Goldman écrit à la ville de Montigny-Lès-Metz

Jean-Jacques Goldman a pris la plume pour écrire à la ville de Montigny-lès-Metz (Moselle) ! La ville est engagée dans un projet de « Stolpersteine », l’installation de pavés dorés devant le dernier domicile des personnes victimes de la déportation, notamment devant les domiciles de Lucienne, Denise et Georgette Bernard, déportées et assassinées à Auschwitz le 5 août 1944.

Logo France Bleu

Dimitri Sokolowski, adjoint au maire de Montigny en charge du projet, explique qu’il s’agit de « déposer un pavé de mémoire, devant le dernier domicile des personnes qui ont été déportées et assassinées dans des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. L’idée, c’est de reterritorialiser d’une certaine façon, ces personnes dont on n’a pas forcément retrouvé le corps. Donc, on écrit sur un pavé devant leur dernier domicile ‘ici habitait, le nom de la personne et des éléments biographiques' ».

« On lui a écrit au culot »

Une histoire qui n’est pas sans rappeler une chanson de Jean-Jacques Goldman, la personnalité préférée des Francais, que l’on sait très engagée. Alors la mairie de Montigny lui a écrit ! Dimitri Sokolowski, explique que tout est parti d’un conseil municipal : « Pendant la délibération, j’ai repris le nom de ces trois personnes en disant Lucienne, Denise et Georgette n’étaient pas nées comme toi, comme nous, ici et maintenant. Et puis m’est venue l’idée un peu folle de l’inviter à venir à Montigny chanter cette chanson, étant donné qu’il véhicule des valeurs de tolérance, de paix et de solidarité. Donc on lui a écrit un peu au culot ! »

Le chanteur a envoyé un petit mot manuscrit pour remercier la ville pour son engagement pour rendre hommage aux victimes du nazisme.
Le chanteur a envoyé un petit mot manuscrit pour remercier la ville pour son engagement pour rendre hommage aux victimes du nazisme..

Le chanteur répond en quelques jours et salue le travail de mémoire

« Il nous a répondu en quelques jours, poursuit Dimitri Sokolowski, en nous disant qu’il ne pourrait pas être présent, mais qu’il avait été sensible à cette démarche, car ça lui faisait penser à des membres de sa famille ». Dans ce mot manuscrit, Jean-Jacques Goldman cite Hegel : « Si l’Histoire nous apprend que nous n’apprenons rien de l’Histoire », et il conclut : « Ces pierres résisteront à nos amnésies ou notre inconscience ».

D’ailleurs, l’élu précise que si la lettre est une belle reconnaissance, elle ne doit pas faire oublier l’essentiel : « L’idée n’est pas d’occulter le destin des personnes concernées, ce n’est pas de dire que c’est la vedette qui remplace l’objectif du projet. Mais c’est plutôt la communion que permet l’artiste autour de cet acte de devoir de mémoire et de commémoration ».

Pour la cérémonie de commémoration de la Libération de Montigny, la chanson « Comme toi » sera lue par un enfant du conseil municipal des jeunes.

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Hénart et les Européennes, Morano candidate, Klein et le dialogue social : les échos politiques de la semaine

En route vers Strasbourg

C’est un premier pas, un petit pas, mais c’est le signe. Le signe qu’il n’y pense pas seulement en se rasant.

Lors de son dernier congrès, qui s’est tenu il y a plusieurs jours, à Saint-Dié-des-Vosges, le Parti Radical a désigné Laurent Hénart, président du parti du même nom, pour entamer des discussions avec les composantes de la majorité macroniste (Renaissance, le MoDem et Horizons) en vue des élections européennes de juin 2024.

Cette mission pourrait-elle déboucher à une candidature de Laurent Hénart au Parlement européen ?

Contacté dimanche 5 novembre, le Nancéien ne cache pas son intérêt : « La France a besoin de vrais défenseurs de l’Europe. J’ai toujours été proeuropéen. Une candidature ? C’est…

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Dommartin-la-Chaussée. De nouveaux nichoirs implantés dans la commune

Ce lundi après-midi, Charline Tinchant, animatrice du plan paysage et biodiversité à la communauté de communes de Mad et Moselle, et également membre de Torcol, association de protection de la nature, a livré six nichoirs en bois brûlé à la mairie de Dommartin-la-Chaussée.

« À la suite d’une convention signée avec Torcol, la communauté de…

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Jours sans chasse : les chasseurs de Moselle appellent à « ne pas généraliser mais faire du cas par cas »

Dès le mois de février, la ville d’Audun-le-Tiche mettra en place un jour et demi de « non chasse » dans la forêt communale, pour permettre aux promeneurs de profiter des lieux. Le président de la fédération des chasseurs de la Moselle redoute que la mesure ait des impacts sur les battues.

Interdire la chasse certains jours de la semaine ? « Pour les communes urbaines où il y a énormément de pression touristique, ça peut être une solution », reconnait Pierre Lang, président de la fédération des chasseurs de la Moselle, invité de France Bleu Lorraine mardi 7 novembre. La commune d’Audun-le-Tiche a décidé, dès le mois de février, d’interdire la chasse les mercredis et les dimanches matins sur plus de 80 hectares de la forêt communale. « Mais il ne faut pas le généraliser à tout le pays, il faut privilégier le cas par cas. »

« Je respecte parfaitement les maires qui le décident pour des mesures de sécurité », continue celui qui est aussi maire de Freyming-Merlebach. « Mais en même temps, il faut permettre aux chasseurs de faire les battues, qui sont absolument nécessaires pour limiter les populations de sangliers ou de chevreuils. Sinon ils ne pourront plus réguler les populations de gibiers, et on ne pourra pas les en rendre responsables, ni leur faire porter l’indemnisation des dégâts. »

« Quatre à cinq battues par an » pour chaque lot de chasse

« La majorité des chasseurs sont des gens comme monsieur tout-le-monde, ils travaillent donc ils n’ont pas le temps d’y aller en semaine », continue Pierre Lang. « Et puis pour faire une battue dans une forêt, il faut des rabatteurs, qui ont des chiens pour sortir le gibier des fourrés. Or des équipes de rabatteurs, il n’y en a pas tant que ça en Moselle. Elles sont déjà appelées de tous les côtés, alors si en plus on devait généraliser l’interdiction de la chasse le dimanche, ce serait quasiment impossible d’organiser les battues nécessaires en Moselle. »

Le président de la fédération des chasseurs de la Moselle veut cependant nuancer les tensions entre randonneurs et chasseurs. « C’est exceptionnel que les choses ne se passent pas bien« , affirme-t-il. « Sur un lot de chasse donné, on va faire en moyenne quatre à cinq battues par an. Donc sur 365 jours de l’année, il y aura quatre ou cinq jours où l’on va faire des battues. En plus, ces battues se passent à la mauvaise saison, quand il n’y a pas tellement de promeneurs dans les bois. »

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Economie Le groupe Morlot se retire de la station de ski de Rouge-Gazon à Saint-Maurice-sur-Moselle

« On ne veut pas de nous donc on s’en va. » Laurent Morlot, le président du groupe Morlot, a tranché alors que depuis plusieurs semaines, il n’avait pas caché ses doutes quant à la faisabilité de son projet haut de gamme à la station de Rouge-Gazon sur les hauteurs de Saint-Maurice-sur-Moselle.

En ce premier lundi du mois de novembre, alors que commencent les congés annuels du restaurant du site, le groupe Morlot confirme donc les craintes que nombreux nourrissaient dans le massif des Vosges. « C’est un coup dur qui nous tombe dessus, même si c’était un peu prévisible », admet le maire de la commune, Thierry Rigollet.

Début septembre, la Safer tranche quant à l’attribution de terrains situés…

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.

Saint-Maurice-sur-Moselle Une page se tourne pour Eric Sailley après 48 ans au club de football

En présence de Thierry Rigollet, maire de Saint-Maurice-sur-Moselle, de Bernadette Jacquot, 5e  adjointe de Fresse-sur-Moselle, du comité et des adhérents, l’assemblée générale du FC de Saint-Maurice-Fresse s’est tenue ce dimanche au Domino.

Un rappel des résultats de l’année écoulée a été donné pour toutes les équipes. Les communes, les sponsors, les entraîneurs et les dirigeants ont été remerciés. Les mots qui…

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.