UPM Raflatac : la majorité du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle sollicite l’intervention du ministre de l’Économie

La décision prise par le fabricant d’étiquettes adhésives UPM Raflatac de supprimer 50 postes sur son site de Pompey, en Meurthe-et-Moselle, sur un effectif total de 198 salariés, a poussé la majorité du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a adopté une motion de soutien. Outre l’expression de leur solidarité envers l’ensemble du personnel de l’entreprise UPM Raflatac, les élus concernés invitent les responsables de l’entreprise « à garantir le maintien de l’outil de production et des emplois sur le site de Pompey ». Cette motion permet aussi à la majorité du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle de « solliciter l’intervention » du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, pour qu’il « interpelle le groupe UPM, afin d’enrayer les choix opérés dans un contexte de réindustrialisation de la France ».

Cet article a été prélevé d’internet par la rédaction de maires-moselle.com pour la bonne raison que ce dernier figurait dans les colonnes d’un blog dédié au thème « Moselle ». Cette chronique a été générée de la manière la plus complète que possible. Pour émettre des observations sur ce dossier autour du sujet « Moselle », merci de contacter les contacts indiqués sur notre site web. maires-moselle.com est une plateforme numérique qui compile de nombreux posts publiés sur le web dont la thématique principale est « Moselle ». En visitant de manière régulière nos pages de blog vous serez informé des futures annonces.